Titres — S


    Accueil

    Parutions

    Auteurs

    Œuvres

    Bibliophilie

    Commande

    Recherche

    La maison

    Autres fonds

    Liens

    Chronique

    Lettre d’info


    Livres de photographie

Sage comme une image
Françoise Pétrovitch & Éric Pessan
Art. Nombreuses reproductions. 176 p. 16/23.
2006. ISBN 2.86853.460.0
32,00 €
À partir d'objets familiers, de nouvelles du jour, de récits de vers ordinaires, Françoise Pétrovitch pratique la transformation à vue, l'enchantement, le trouble, l'association libre et nous fait perdre pied. Coédition avec Pérégrines

Sanzaki
Jean-Loup Trassard
Texte et photographies. 88 p. 16,5/24.
2008. ISBN 978.2.86853.510.8
22,00 €
L'homme est agriculteur le jour et passeur de “goutte” la nuit entre la campagne productrice et la région parisienne (sans payer l'acquit nécessaire à tout transport d'alcool). On le suit quand il cultive la terre, franchit un barrage dans la nuit, transforme sa voiture, se fait prendre, s'évade...

Sarah, feuille morte
Jean-Claude Pirotte
Roman. 136 p. 12/19.
1989. ISBN 2.86853.086.9
13,50 €
Nous suivons Pirotte dans l’errance de cette petite fille perdue qui effiloche, en quatre saisons du même automne, son adolescence mourante et assiste sans amertume ni douleur au vide de ses jours.

Satires
Perse
Traduit du latin et présenté par Henri Thomas. 80 p. 14/19.
1998. ISBN 2.86853.292.6
12,00 €
Les six dialogues satiriques qui constituent l’œuvre brève de Perse sont d’une singulière présence, fiévreuse, horripilée, attendrie, incroyablement moderne.

Scholies
Jude Stéfan
Comptes-rendus critiques. 128 p. 12/19.
1992. ISBN 2.86853.141.5
13,00 €
Une quarantaine de notes et notules «portant sur des auteurs déniant la littérature pullulante actuelle», ce sont les lectures de Jude Stéfan.

Claude Seignolle, le meneur de contes
Marie-Charlotte Delmas
Essai bibliographique. 96 p. 14/21,5.
1995. ISBN 2.86853.228.4
9,00 €
S’écartant des ouvrages critiques consacrés à l’auteur, cette étude — qui retrace, par type d’ouvrages, le parcours éditorial des textes de Seignolle — a pour ambition de guider le lecteur dans cet univers complexe, tout en apportant un regard différent sur son œuvre.

Senilia
Jude Stéfan
Notes. 72 p. 12/19.
1994. ISBN 2.86853.193.8
9,00 €
«Senilia : ces notes d’âge répondant aussi bien à des Juvenilia par ce ton jovial — sourire jupitérien sur l’ici-bas — font suite en leur demi-décennie (87-93) au précédent Faux journal. Rendre vrai le faux, le vécu fictif.»

La Sente s’efface
Jean-François Gautier
Proses. 112 p. 12/19.
1996. ISBN 2.86853.240.3
13,00 €
«Ce livre raconte des paysages, des sites géographiques ou archéologiques de la Charente où je vis. Ils composent autant de points de vue sur ce monde. c'est la dictée des choses et des hommes, l'équivoque de leur altération, leur disparition...»

Le Sentiment des rues
Joël Cornuault
Proses. 112 p. 14 /19.
2017. ISBN 978.2.86853.621.1
15,00 €
Joël Cornuault se souvient ici de la vie de quartier, à Paris, au lendemain de la seconde guerre, de la vie qui fut celle de son enfance et de son adolescence dans celui de La Chapelle (XVIIIe arrondissement).

Sept petites études
Gilles Ortlieb
Lectures. 112 p. 14/19.
2002. ISBN 2.86853.351.5
13,50 €
Sur Emmanuel Bove, Constantin Cavafy, Jean Forton, Charles Cros, Henri Thomas, Odilon-Jean Périer et sur la traduction

Seule la lie de ces caves
Patrick Mosconi
Roman. 96 p. 12/19.
1997. ISBN 2.86853.275.6
12,00 €
«Virginie se laisse aller à d’autres larmes sur l’épaule de Montcorbier. Gêné, il tourne la tête ailleurs. Vers une femme, tapie sur un amas de cartons. Il a l’impression que la femme regarde dans leur direction. Des yeux d’aveugle ou de droguée, vides. Une détresse sans révolte qui le glace. Une femme abîmée. Non. Une femme défaite.»

Seuls les vivants meurent
Patrick Renou
Roman. Préface d'André Comte-Sponville. 168 p. 14/19.
2008. ISBN 978.2.86853.503.0
20,00 €
Vingt histoires de mortels, comme auraient dit les Grecs : vingt histoires de femmes et d’hommes, de tous âges, de tous milieux, de tous pays, de toutes époques, sous la lumière très douce ou très violente de la mort.

Silles
Jude Stéfan
Journal de lettres. 80 p. 12/19.
1997. ISBN 2.86853.266.7
11,00 €
Timon de Phlionte, ami de Pyrrhon, écrivit des Silles, ou poèmes mordants : ceux-ci sont de la prose d’anti-biographie, faisant suite au Faux journal et Senilia : parler le moins possible de soi, avec distance, sous forme d’un «journal de lettres» parsemant trois années de fumée (94-96). Écrire rare.

Le Singe et le miroir
Gérard Macé
Proses. Dessins originaux de Sam Szafran. 56 p. 14/19.
1998. ISBN 2.86853.290.X
7,50 €
«Singe qui te balances entre les vers et la prose, et qui passes en boitant du dressage à la danse, il te faudra inventer de nouveaux tours si tu veux passer sur l’autre rive...».

Smoky
Lambert Schlechter
Chroniques. Collection Lettres du Cabardès animée par Jean-Claude Pirotte. 136 p. 14/19.
2003. ISBN 2.86853.387.6
14,00 €
Ces chroniques du «presque rien», dans leur quête lancinante d'une expression qui ne cesse de se dérober, éclairent peu à peu, par la grâce des détours, des ruses, et d'un humour mélancolique, cet évènement essentiel : la coïncidence de l'art d'écrire et du besoin de vivre. Ce que Follain nommait, justement, l'usage du temps.

Sœur morte
Jan Laurens Siesling
Récit. 120 p. 12/19.
1993. ISBN 2.86853.165.2
13,00 €
Une femme est morte. Une fillette a disparu. Un homme est coupable. La police ouvre une enquête. Voilà un fait divers. Et voici une façon de roman policier… C’est la vraie vie ! se dit, en le lisant, le lecteur…

Soldats
Gilles Ortlieb
152 p. 12/19.
1991. ISBN 2.86853.107.5
13,50 €
C’est avec une grande simplicité que Gilles Ortlieb raconte des histoires simples, avec légèreté et détachement, avec un effacement de soi qui laisse se dire les silences d’ordinaire méprisés, les sensations infimes et les doutes diffus, et quelques anecdotes pauvrement merveilleuses et touchantes à l’extrême.

Solitude des plantes
Pascal Commère
Histoires. 152 p. 14/19.
1996. ISBN. 2.86853.251.9
14,00 €
«Ils sont tous fous ici» affirme le narrateur. Tous, mais chacun pour soi, dans son coin. Comme si la petite folie, avec son ennui, ses manies, protégeait un temps de la grande — la vraie. Pascal Commère est né en 1951.

Sombres lumières du désir
Gérard Mordillat
Poèmes. 264 p. 14/19.
2014. ISBN 978.2.86853.598.6
24,00 €
Les poèmes assemblés dans ce recueil sont, pour une part, écrits dans le même élan combatif que le précédent, engagé, militant, réfractaire. Il s’y ajoute deux séries de poèmes narratifs : l’une compose un hommage indirect aux objectivistes américains, l’autre se promène avec impertinence entre le facétieux et l’absurde…

Sonnets
Shakespeare
Traduits et présentés par Henri Thomas. 192 p. 14/19.
1995. ISBN 2.86853.203.9.
Réimp.
«C’est la seule part de l’immense œuvre où il nous soit donné d’entendre la voix même de Shakespeare. Les Sonnets nous présentent ainsi la seule image authentique que nous ayons de lui. Elle n’a pas fini de nous surprendre.»

Sonnets monosyllabiques
René Nelli
Avec une note de Gaspard. Ill. de Lyne Limouse. 56 p. 10/19.
1985. ISBN 2.86853.020.6
6,50 €
Les poèmes monosyllabiques de René Nelli relèvent de la poésie classique, qui est un langage ordonné par la versification. Mais ils jouent dans ce langage un jeu inattendu.

Stances
Jude Stéfan
Poèmes. 52 contre haï-ku. 32 p. 16,5/24.
1991. ISBN 2.86853.128.8.
Réimp.
«Ces Stances — ou ruines de mots résistant à la Ruine — affirment la trajectoire continue d’une poésie conçue comme exercice de calme et de violence en tendant un fil, pour qui ne croit au cliché des âges, oscillant entre Jeunesse affrontée aux formes — en l’occurrence orientales —, toute originalité se reflétant contre les modèles classiques, et Vieillesse déjà exécrée, mais encore vitupérante. Poésie malgré.»

Stances sur la mort de son père
Jorge Manrique
Poèmes traduits du castillan et présentés par Guy Debord. 80 p. 14/19.
1996. ISBN 2.86853.235.7
10,50 €
«Il faut donc remarquer la froideur, littéralement pré-machiavélienne, avec laquelle l’auteur des Coplas (1440-1479) parle des gens que les Manrique ont eux-mêmes abattus, comme de purs exemples du caractère changeant des destinées humaines, et de la fragilité de toutes les possessions.» (G.D.)

Jude Stéfan
Collectif
Textes, études, témoignages. Cahier huit. 248 p. + 16 p. hors-texte. 16,5/24.
1993. ISBN 2.86853.168.7
23,00 €
Le premier travail d’ensemble sur et autour de Stéfan. Une somme critique, bibliographique et documentaire pour marquer l’importance de l’œuvre. Photographies. Nombreux inédits.

Sur la mort commune et haïssable
Jil Silberstein
Poèmes. 96 p. 14/19.
1993. ISBN 2.86853.162.8
9,50 €
Dans ce cycle de colère et de deuil inspiré par la mort, par son cortège de déclins, de corruptions et d’arrachements, la poésie quitte la petite voltige où elle s’enferme si souvent ; elle retrouve ce qui la fonde.

Sur les murs du temps
Jacques Borel
Poèmes. 88 p. 16,5/24.
1990. ISBN 2.86853.097.4
12,00 €
Dès l’origine fasciné par la poésie, Jacques Borel réunit enfin un bon nombre de ses poèmes, des plus anciens aux tout récents, venus comme d’eux-mêmes s’inscrire dans les marges de son œuvre autobiographique en prose à laquelle, sur un autre mode, ils font écho.

Sur toi l’or de la nuit
Henri Raynal
Essai lyrique. 144 p. 13/20.
1989. ISBN 2.86853.077.X
13,50 €
De ce livre consacré à l’étoffe et au vêtement féminin, vertigineusement fasciné par ce qui est d’ordinaire tenu pour frivole, et tout autant hanté par le cosmique, on peut dire avec l’auteur qu’il est fou.

Le Surréalisme face à la littérature
Edouard Jaguer
Pamphlet. 48 p. 12/19.
1989. ISBN 2.86853.093.1
6,00 €
L’auteur montre que le surréalisme, en tant que groupe, a existé dans la liberté : liberté synchronique des attractions individuelles, notamment par rapport à André Breton, liberté diachronique de moduler, le temps et l’histoire aidant, l’intérêt porté à tel ou tel écrivain.

Une Syllabe de sang
Antjie Krog
Poèmes traduits de l'afrikaans par Georges-Marie Lory. 112 p. 14/19.
2013. ISBN 978.2.86853.599.3
14,00 €
J’écris parce que je suis furieuse, dit un vers de ce recueil. En effet il y a, dans ces poèmes qui sont littéralement des «écrits de résistance», de la colère, de l’insoumission, et une vitalité revendicatrice que n’expliquent pas les seules années de combat politique. La poésie d’Antjie Krog ne fait guère de différence entre les aliénations et, pour elle, il n’est pas une parcelle de vie qui ne mérite le même engagement sans réserve.