Parution Septembre 2006


    Accueil

    Parutions

    Auteurs

    Œuvres

    Bibliophilie

    Commande

    Recherche

    La maison

    Autres fonds

    Liens

    Chronique

    Lettre d’info


    Livres de photographie

Jean-Loup Trassard
Le voyageur
à l’échelle


Texte & photographies
2006. 64 p. 16,5/24.
ISBN 978.2.86853.464.4

22,00 €

Le livre

Le récit est une sorte de synopsis décrivant les scènes principales d’un projet de film conçu comme policier rural, où l’on voit un trafiquant d’eau de vie s’opposer à la brigade volante des Indirectes secondée par la gendarmerie. L’homme est agriculteur le jour et passeur de «goutte» la nuit entre la campagne productrice et la région parisienne (sans payer l’acquit nécessaire à tout transport d’alcool). On le suit quand il cultive la terre, franchit un barrage dans la nuit, transforme sa voiture, se fait prendre, s’évade… L’ambiance générale est terreuse, celle de l’automne dans l’ouest, surtout crépusculaire ou nocturne. L’accent y est mis, par la seule écriture, sur les bruits finement détaillés alors que les paroles restent rudimentaires et brèves. Cette fiction étonnamment rapide et visuelle n’est pas sans rapport avec certaines œuvres cinématographiques des années soixante, à la limite de la parodie. On y participe avec jubilation, en totale complicité avec le narrateur-observateur et non sans sympathie pour le «malfaiteur» silencieux et insaisissable.


L’auteur

Jean-Loup Trassard est né à la campagne, l’été 1933. Il publie pour la première fois dans la N.R.F. en 1960 puis, à partir de l’année suivante, plusieurs récits chez Gallimard. Outre quelques livres de prose, nous avons publié dans la série «Textes & Photographies» Territoire (1989), Images de la terre russe (1990), Ouailles (1991), Archéologie des feux (1993), Inventaire des outils à main dans une ferme (1981 & 1995), Objets de grande utilité (1995), Les derniers paysans (2000), La composition du jardin (2003) et Nuisibles (2005).



Extrait

«Les paysages montrés ici sont choisis parmi une trentaine de photographies agrandies en 13/16 (rectangle inhabituel), réunies par Hippolyte Deume sous une seule enveloppe, au milieu de nombreux autres agrandissements d’une taille toujours modeste et aussi mélangés que différents. Nous sommes sûrs, au moins, que l’artiste lui-même les a constitués comme ensemble. Par contre, c’est une audace dont nous prenons la responsabilité que poser en regard de chaque photographie une note prélevée dans l’amas des écrits non publiés, lequel donnerait à croire qu’Hippolyte Deume accumulait les textes brefs en vue d’une grande construction poétique et géographique sans cesse remise à plus tard. Il semble que le rapprochement précaire d’une phrase et d’une image fera ressentir l’œuvre en sa variété et sa mobilité mêmes.
Le titre nous est donné par notre amie Chana Woos, archiviste de la photo, à qui nous avions montré des reproductions de ces paysages et dont le sourire nous accueillait ensuite d’un «Comment va le voyageur à l’échelle ?». Hippolyte Deume est parti, fort discrètement, pour un voyage qu’on ne lui contestera pas. Encouragés par la municipalité de Plaissé et par plusieurs illustres qui accordent à notre auteur une estime précieuse, nous allons continuer d’étudier textes et photographies afin qu’ils atteignent ceux qui pourraient les aimer. La maison de temps en temps respire, le jardin est mieux entretenu. Dégagées de l’herbe, les touffes vivaces, certaines exotiques, se reprennent à fleurir, les allées de sable sont grattées. Presque renaît, par formes et couleurs, la composition que voulait Monsieur Deume.

Tirage de tête :
21 ex. numérotés, accompagnés d
’une photographie originale signée par l'auteur : 110,00 €
Commander
Autres livres de Jean-Loup Trassard

Inventaire des outils à main dans une ferme
Objets de grande utilité
Les derniers paysans
La composition du jardin
Nuisibles
Conversation avec le taupier
Sanzaki
Eschyle en Mayenne
Traquet motteux
Causement
Trouvailles
Cahier Jean-Loup Trassard
Exodiaire
Ce fut une longue plaine. Sous nos semelles craquaient autant d’os blanchis de légers mammifères que d’arêtes de poissons.
La végétation était d’infimes plantes grasses
à feuilles rouges. Deux brins cueillis et
observés ne se desséchaient qu’en sacrifiant une feuille par jour, du bas vers le haut, leur
ultime réserve d’eau.
Le nombre impossible, l’éloignement, la variété des étoiles au-dessus du bivouac rendent infime la distance brûlante frottée par la plante de nos pieds durant la journée tandis que j’examinais autant de cailloux que mes yeux en pouvaient atteindre, les saisissant parfois pour les quitter à regret. Sonnait alors la pierraille comme vaisselle cassée.
Image du tirage de tête