Auteurs — O


    Accueil

    Parutions

    Auteurs

    Œuvres

    Bibliophilie

    Commande

    Recherche

    La maison

    Autres fonds

    Liens

    Chronique

    Lettre d’info

Michel Orcel
Destin
Poésies. 96 p. 12/19.
1987. ISBN 2.86853.112.1
— 9,00 €
«Brefs et intenses, les poèmes de Destin composent une manière de journal où l’on voit la faille ouverte dans la vie d’un homme le rappeler vers son origine.» (J.-B. Para). Le quatrième livre de l’auteur.

Odor di femmina
IX caprices. Poèmes. 32 p. 12/19.
1989. ISBN 2.86853.087.7
— 6,00 €
«et j’approche en t’embrassant ce goût de la mort / qui me ressemble, et ton odeur voilà / c’est la mienne à présent».

«Langue mortelle»
Études sur la poétique du premier romantisme italien. 224 p. 14/20,5.
1987. ISBN 2.86853.150.4
— 16,50 €
Ces essais laissent de côté le romantisme officiel pour dégager, dans leurs relations aux pôles de l’origine et
de la mort, les axes capitaux de la poétique du premier romantisme italien, à travers les œuvres des trois grandes figures que sont, entre 1780 et 1830 : Alfieri, Foscolo et Leopardi. (Ouvrage paru aux éd. L’Alphée).

Trois guerriers, plus un
Essai. 112 p. 12/19.
1993. ISBN 2.86853.182.2
— 12,00 €
Répondant à un livre qui postulait un lien nécessaire entre tout art et l’hypothèse de «présences» métaphysiques «réelles», cet essai interprète, à la lumière de Nietzsche (lecteur du poète italien), le combat mené par Leopardi et ses aînés pour fonder une valeur sur les cendres mêmes du Sens.

Histoire d’une ascension
Roman minuscule. 32 p. 13/17.
1995. ISBN 2.86853.234.9
— 5,50 €
«Conclusion, tu voudrais voler, tu en as la puissance, mais la force même de ton instinct animal t’enchaîne au sol. Et même au sous-sol.»


Gilles Ortlieb
Soldats et autres récits
152 p. 12/19.
1991. ISBN 2.86853.107.5
— 13,50 €
C’est avec une grande simplicité que Gilles Ortlieb raconte des histoires simples, avec légèreté et détachement, avec un effacement de soi qui laisse se dire les silences d’ordinaire méprisés, les sensations infimes et les doutes diffus, et quelques anecdotes pauvrement merveilleuses et touchantes à l’extrême.

Petit Duché de Luxembourg
Poèmes. 32 p. 12/19.
1991. ISBN 2.86853.133.4
— 6,00 €
« Plus brusque le dépaysement, plus sévère la leçon. »

Gibraltar du Nord
Carnets. 128 p. 12/19.
1995. ISBN 2.86853.214.4
— 13,00 €
«Comme une goutte de pétrole sur une flaque d’eau, les pensées de nuit gagnent et s’étalent, prennent bientôt toute la place, et on peut croire inépuisable la liberté d’aller et de venir (?), l’esprit jugulé et débridé tour à tour par la fatigue et la culbute inlassable des sentiments.»

La nuit de Moyeuvre
Carnets. 120 p. 14/19.
2000. ISBN 2.86853.318.3
— 14,00 €
«À quoi bon décrire ? Pour nommer. Et si, décrivant, c’est l’abandonnement de ces paysages de l’Est, de cette campagne balafrée par une industrie tout juste abolie qui semble prendre toute la place, la faute n’en est peut-être pas seulement au paysage.»

Sept petites études
Lectures. 112 p. 14/19.
2002. ISBN 2.86853.351.5
— 13,50 €
Sur Emmanuel Bove, Constantin Cavafy, Jean Forton, Charles Cros, Henri Thomas, Odilon-Jean Périer et sur la traduction

Gilles Ortlieb
Carnets de ronde
Carnets. 112 p. 14/19.
2004. ISBN 2.86853.410.4
— 13,00 €
Notre monde quotidien (vu des «parties du globe les plus ennuyeuses et les plus grises», comme dit Ivar Lo-Johansson, ce qui dans le monde nous échappe sans cesse est là, soudain rendu à une intense présence par le regard tour à tour tendre et caustique de Gilles Ortlieb. Rien que de l'ordinaire en somme, mais éclairé, enluminé par le style perçant de ce grand noteur.

Meuse Métal, etc.
Poèmes. 88 p. 14/19.
2005. ISBN 2.86853.427.9
— 13,00 €
Sans emphase et, dirait-on, avec juste ce qu’il faut d’exotisme pour ne pas non plus s’y attarder, les poèmes rassemblés ici se donnent à lire comme un journal intermittent de l'éphémère et, souvent, de l'à peine perceptible, tout à la quête de points d'appui ou sentiers praticables.

Noël à Ithaque
Récit. 80 p. 13/17.
2006. ISBN 2.86853.466.X
— 13,00 €
C’est en observateur en apparence détaché, presque impassible, et d’autant plus attentif aux spectacles de la rue, «poreux» aux impressions les plus banales, qu’il nous adresse ce petit vade mecum non dénué d’émotion où le temps du voyage tourne définitivement le dos à celui du tourisme.

Liquidation totale
Photographies et textes. 96 p. 14/19.
2011. ISBN 2.86853.538.2
— 17,00 €
Que peut-on espérer comprendre, appréhender, d’une ville à laquelle rien, aucune histoire commune ne nous rattache, sinon un endurant désir de voir ? Toutes ces cités d’une vallée ouvrière qui aura pesé sur le siècle écoulé, l’une après l’autre visitées : une archéologie humaine de la disparition et de la perte par la pratique assidue d’une épigraphie de vitrines, de pignons, de façades, de frontons. En quête de quoi, précisément ? D’inscriptions déteintes, à moitié effacées, de palimpsestes hérités d’un jadis ou d’un naguère qui subsistent encore, ici et là, dans des niches ou poches le temps malmené, mais sauvegardé, sédimenté en strates quasi géologiques…

Avec
Jean-François Bonhomme
À eux mêmes inconnus
Texte & Photographies. 112 p. 21/27.
2006. ISBN 2.86853.462.7
— 35,00 €
Le portrait est, à coup sûr, sa carte maîtresse et il a su, comme peu d’autres, saisir la présence de nombre d’artistes dans leur environnement : atelier, bureau, bibliothèque. Il sait même la suggérer, en leur absence, en nous donnant à voir leur cadre familier, précisément les objets de leur travail : œuvres, supports, outils. Et il le fait avec des moyens très simples : le noir et blanc, à main levée, en petit format.

Pierre Oster Soussouev
Requêtes, version nouvelle suivie de Pour un art poétique
Notes et ébauches. 88 p. 12/19.
1992. ISBN 2.86853.143.1
— 10,00 €
Fragments, coups de sonde, ce livre est le manuel minutieux et modeste, toujours recommencé, de l’œuvre de P.O.S. — qui est quête spirituelle et expérience poétique.

Ambre Oz
L’Imaginée
Autour d’une sculpture de Robert Kéramsi. Photographies de Frédéric Lallemand. 64 p. 24/28.
2013. ISBN 978.2.86853.593.1
— 21,00 €
Ambre Oz est venue prêter à cette «femme perchée» une parole poétique — assez fortement puisée aux profondeurs de l’être, et encore humide de la rosée des mythes —, pour que cette œuvre soit l’objet d’«un rêve à contempler», d’une présence partagée dont ce livre est un lieu possible.