Luc Dietrich


    Accueil

    Parutions

    Auteurs

    Œuvres

    Bibliophilie

    Commande

    Recherche

    La maison

    Autres fonds

    Liens

    Chronique

    Lettre d’info


    Livres de photographie

Luc Dietrich est né en 1913 à Dijon. Orphelin de père à l'âge de six ans, il mena une vie itinérante avec sa mère qui, minée par la drogue, disparut à son tour en 1931. Il s'engagea alors dans une vie désarticulée, basculant d'amour en amour, passant sans transition ni scrupules de la pauvreté la plus sordide à la richesse frelatée des milieux de la drogue et de la prostitution. En 1930, il publie sous le nom de Luc Ergidé un premier recueil de poèmes Huttes à la lisière. Mais c'est Lanza del Vasto, rencontré en 1932, qui lui révéla ses talents d'écrivain et le poussa dans la voie de la «connaissance». Ils écrivirent ensemble le Livre des rêves, proposé en 1934 à Grasset qui le refusera. Fortifié par cette expérience, Luc Dietrich commença la rédaction de son premier roman La Leçon de vie qu'il présentera avec l'approbation de Lanza del Vasto à Denoël. Le livre sera publié en 1935 rebaptisé Le Bonheur des tristes et amputé des quatre derniers chapitres. Parallèlement à l'écriture, Dietrich s'intéresse à la photographie et présente sa première exposition à Paris en 1937.
Il est mort en 1944, laissant une œuvre brève, lumineuse et fulgurante comme son existence torturée de détresse et de désir.



Repères bibliographiques

Le temps qu'il fait :

Emblèmes végétaux (1993, en réimpression)
Le bonheur des tristes (1995, 2016)
L'apprentissage de la ville (1995, 2016)
Cahier Luc Dietrich (1998)


Chez d'autres éditeurs :

L’injuste grandeur ou Le livre des rêves précédé de Histoire d’une amitié (Édition de Jean-Daniel Jolly Monge, Rocher, 1996)
Poésies (Édition de Jean-Daniel Jolly Monge, Rocher, 1996)
L'école des conquérants (Éolienne, 1997)


Consulter

Frédéric Richaud, Luc Dietrich (Grasset, 2011)