Titres — H


    Accueil

    Parutions

    Auteurs

    Œuvres

    Bibliophilie

    Commande

    Recherche

    La maison

    Autres fonds

    Liens

    Chronique

    Lettre d’info

Histoire d’Io
Vonnick Caroff & Jean-Pierre Abraham
Peintures & texte. 48 p. 16,5/22.
2002. ISBN 2.86853.365.5
— 15,00 €

Histoire d’une ascension
Michel Orcel
Roman minuscule. 32 p. 13/17.
1995. ISBN 2.86853.234.9
— 6,00 €
«Conclusion, tu voudrais voler, tu en as la puissance, mais la force même de ton instinct animal t’enchaîne au sol. Et même au sous-sol…»

Histoire d’une dédicace
Marina Tsvetaeva
Essai présenté et traduit du russe par Janka Kaempfer-Waniewicz. 64 p. 12/19.
1989. ISBN 2.86853.081.8 — Réimp.

Réponse cinglante de Tsvetaeva à un article anonyme consacré à Ossip Mandelstam et à leurs relations. C’est une défense du passé en même temps qu’une réflexion sur la poésie et l’intelligentsia russe avant la Révolution.

Histoires de Louis
Antoinette Dilasser
Récit. 80 p. 14/19.
2005. ISBN 2.86853.425.2
— 13,00 €
«Dans le sillage de l'inoubliable livre de James Agee et Walker Evans Louons maintenant les grands hommes, Antoinette Dilasser retrace ici la destinée de Louis et de Marie Creach afin que par ce récit étroitement mêlé aux paysages d'une île de la Bretagne nord, ils ne disparaissent pas tout à fait comme s’ils n’avaient jamais été. Un hommage discret, à ces femmes et ces hommes dont la vie humble — "l’histoire mal ficelée" — ne laisserait, sans cela, pas plus de trace qu’un nom inscrit sur le marbre blanc d’une tombe parfois vide»

L’Hiver en Arcadie
Jean-Yves Laurichesse
Roman. 120 p. 14/19.
2011. ISBN 978.2.86853.550.4
— 15,00 €
Le voyageur a tourné le dos à sa vie et jeté la clé dans l’herbe. Marchant sur une route pluvieuse, il passe sans le savoir de l’autre côté du paysage. Il y fait la rencontre d’un homme et d’une femme qui l’accueillent pour quelques jours dans leur vaste demeure. Il y poursuivra un autre voyage, par la grâce de la musique, de la littérature et de passions qui ne sont pas les siennes. Il ira ainsi jusqu’au bout de l’hiver, dans cette Arcadie glacée aux bergers énigmatiques.
L’Homme coupé en morceaux
Joseph Delteil
Chroniques (1923-1933). Édition établie et présentée par Robert Briatte. Avant-propos de Gladys Bouchard. Illustration originale de Jean-Gilles Badaire en couverture. 232 p. 14/19.
2005. ISBN 2.86853.420.1
— 22,00 €
Billets d’humeur, anecdotes, récits pris sur le vif, choses vues, rêveries sensuelles sur celles qu’on n’a pas vues, pamphlets express et satires dans tous les coins : telles sont les proses que Delteil sème ici et là, avec des enthousiasmes immenses et d’aussi grandes détestations.

L’Homme noir, blanc de visage
Olivier Apert
Récit critique. Coll. Grandeur nature. 112 p. 12/20.
1994. ISBN 2.86853.187.3
— 12,00 €
Apert aime Xavier Forneret (1809-1884) et le connaît très bien. D’autre part, il ne l’aime pas, il le trouve grotesque, ou lamentable… C’est un Forneret «Grandeur nature» qu’il nous livre donc ici dans sa terriblement littéraire singularité.

L’Homme qui marche
Christian Bobin
Récit. 40 p. 13/17.
1995. ISBN 978.2.86853.233.6
— 8,00 €
«Quelque chose avant sa venue le pressent. Quelque chose après sa venue se souvient de lui. La beauté sur la terre est ce quelque chose. La beauté du visible est faite de l’invisible tremblement des atomes déplacés par son corps en marche.»

L’Homme sans nouvelle
Armand Robin
Proses. 120 p. 12/19.
1981. ISBN 2.86853.120.2
— 10,00 €
«La plus sûre façon de trahir, la plus avantageuse aussi, est de rester «fidèles par idées» ; mieux vaudrait encore rester fidèles par le rêve, puisque les hommes sont davantage couleur de leurs songes que de leurs pensées : les uns sont habillés de prés et de bois, les autres de la lumière citadine des enseignes, d’autres du soleil prudent qui tombe sur les bâtisses ; mais la plus vraie livrée de l’homme est celle des rapports qui l’unissent à la souffrance.»

Hourrah l’Oral
Michel Arbatz
Essai. 168 p. 14/19.
2014. ISBN 978.2.86853.600.6
— 19,00 €
Quel poète aujourd’hui donne ses textes à haute voix ? Combien de poètes parlent-ils leurs textes ? La poésie confinée dans le papier est-elle vraiment la poésie ? D’où vient la cassure qui l’a réléguée dans les études universitaires, les poncifs de la messe scolaire, ou la «sclérose en plaquettes» qui ne concerne qu’un lectorat minuscule?