Parution Janvier 2010


    Accueil

    Parutions

    Auteurs

    Œuvres

    Bibliophilie

    Commande

    Recherche

    La maison

    Autres fonds

    Liens

    Chronique

    Lettre d’info


    Livres de photographie

Marie-Claude Roulet
Luisa


Roman
2010. 96 p. 14/19.
ISBN 978.2.86853.530.6

15,00 €

Le livre

«La liberté selon Camille effraie Luisa, elle signifie l’inconnu, le gouffre blanc, cette angoisse qui la fait se vider n’importe où, sans doute pour être plus légère, inconsistante, transparente. Comment dire à Camille qu’elle aime ça, servir, et non pas être serveuse comme au café mais servante; que le contentement sur le visage d’Alice la bouleverse, que les demandes d’Étienne l’exaltent autant que la lumière du matin sur les monts Gabilans et que c’est un tout, qu’on ne lui a jamais donné une dimension pareille au collège ni au village, ni même au café, sa propre maison.»
L’attachante Luisa, la lumineuse jeune femme qui comprend tout avant tout le monde, à laquelle sa mère a trouvé une place au «château» où elle est arrivée comme à Thornfield Hall, un exemplaire de Jane Eyre caché dans son sac, va trouver là sa place, sereine et libre auprès d’«un maître incontesté, plus silencieux encore que la vieille femme dont il est le fils», écrivant en pensée les pages du livre de sa vie — dont elle deviendra peu à peu l’auteur souverain.


L’auteur

Marie-Claude Roulet est née en 1949 dans la région parisienne. Elle vit dans le Val de Loire et a publié plusieurs ouvrages pour la jeunesse dont La traversée des secrets (Rageot, 2007), La mère Satan et autres nouvelles du village (Seuil, 2004), Marie à tous les vents (Flammarion, 1994).



Extrait

Le car s’est arrêté au sommet de la côte. Luisa repère l’abribus sommaire — quatre piquets soutenant un toit de tôle — appuyé contre un arbre et elle avance vers la porte en poussant du genou son sac trop lourd. Ça fait un bon moment qu’elle est seule dans ce car et que le rétroviseur lui renvoie le regard noyé du chauffeur. Pas trop tôt qu’elle descende, elle n’en peut plus d’être ainsi dévisagée, sans fuite possible. Elle toussaute pour s’éclaircir la voix, «Au revoir», un grognement vague lui répond et la porte se referme avec un claquement définitif.
Son cœur se serre à lui faire mal. Elle suit des yeux le car qui plonge entre deux murs de forêt noirâtres malgré le soleil de midi et elle lève un bras, l’agite un peu à la façon dont on chasse machinalement un insecte importun, arrêtez-vous, attendez-moi, ne me laissez pas là toute seule dans ce paysage inconnu, pas toute seule ! Au bas de la pente, le car disparaît d’un coup et son bras retombe. «Il faudrait savoir ce que tu veux, ma fille ! Est-ce que tu sais seulement ce que tu veux ?»


Jamais su ce qu’elle voulait, Luisa. Trop difficile de choisir, trop compliqué de refuser sans déchaîner les foudres du ciel. Elle dit oui à tout pour avoir la paix, pour entendre à nouveau les mots de la petite enfance, «C’est bien Luisa, tu es une bonne fille». Disait cela la vieille demoiselle qui faisait le catéchisme; et l’institutrice aussi, dès le printemps, quand les récréations se passaient à désherber son jardin.
Une bonne fille.
«Bon chien» dit la mère à Tino quand il avertit qu’un étranger entre dans le café et elle lance un quignon de pain dur que le chien happe au vol ; mais s’il manque à son devoir de garde : «Tire-toi d’ici, feignant !» et le pied frappe les flancs de la bête qui s’écarte avec le gémissement habituel. La main pour la récompense, le pied pour le châtiment, au moins le chien sait à quoi s’en tenir. Pour elle, Luisa, c’est plus compliqué, un ensemble de codes qui passent par les mots mais aussi — souvent — par la seule intonation de la voix ou le regard. Terrible, le regard. Parfois, le soir en s’endormant, elle a souhaité se réveiller chien.

Commander
Autres titres du même auteur :

Avec John Fante (2012)
Royaumes obscurs (2017)